Gran Sanblé Matinik


Pour une adaptation originale de nos institutions locales …

 Par Philippe CRUSOL

2 Réponses to 'Pour une adaptation originale de nos institutions locales …'

Subscribe to comments with RSS

  1. Polomack Mylène said,

    Bonjour,
    Voici une contribution qui va dans le sens des travaux que nous effectuons et qui à mon sens est d’une importance capitale. Ce mouvement social soulève plusieurs questions qui ne peuvent nous échapper si nous souhaitons atteindre notre objectif. Celle du futur statut de la Martinique reste donc centrale si l’objectif est l’acquisition de la capacité de légiférer et la transformation de l’assimilation juridique et identitaire vers une autonomie et une reconnaissance juridique de notre statut individuel en tant que Martiniquais, Guadeloupéens… Ce qui nous semble important actuellement, c’est de projeter le secteur du handicap que nous représentons dans les articles proposés. Simuler les changements dans la réalité nous amène à constater la grande insuffisance de ces articles qui justement vont mettre à mal le secteur social. Secteur pourtant déjà en grande souffrance. Nous avons donc cet impératif de trouver les alternatives qui positionneront la politique sociale dans la future assemblée comme prioritaire, car effectivement, si nous ne prenons pas en compte le drame social local qui se profile toujours plus de jour en jour nous serons vite précipité dans un système chaotique, voulu, orchestré et organisé pour faire une OPA sur notre île.
    Définir la Martinique de demain nécessite alors une pleine connaissance des grandes problématiques sociales qui se posent à nous. Les personnes vulnérables et exclues de ce pays sont de plus en plus nombreuses. Nous en avons identifié les causes structurelles. Maintenant la question est de savoir ce que nous souhaitons vraiment. Poursuivre le combat de l’ancienne génération qui n’a de cesse de se contenter de petites avancées ou aller dans le sens des jeunes générations, prêtes à faire le grand saut vers l’inconnu. Cela ne signifie surtout pas l’indépendance car pour accéder à cette indépendance chérie de beaucoup, nous ne sommes pas prêts, ni psychologiquement, ni structurellement, ni économiquement…. Mais cela se prépare sur plusieurs décennies et c’est maintenant que nous pouvons poser les fondations à travers ce nouveau statut et la loi programme. C’est maintenant que nous pouvons exiger de vivre dans notre environnement sud-américain, être acteurs du co-développement France-Afrique, et notre statut juridique lui-même inconstitutionnel, nous offre une opportunité associé à la question de santé publique, qui, je le rappelle, est absolument dramatique, d’agir de manière forte et incontestable juridiquement parlant.
    Cette lourde tâche doit effectivement se frayer un chemin vers nos politiques que nous devons accompagner pour le passage à un changement de répartition des pouvoirs et de transformation totale des institutions. Car c’est contre cela que nous allons trouver de fortes résistances. Pourtant, la démocratie est tout sauf ce que nous vivons actuellement. On a fini par détourner les pouvoirs individuels et acter le fonctionnement illégal des institutions ou collectivités dont le rôle est le service à la personne. Service public, financé par nos impôts et taxes de tous genres…
    J’insiste pour que la question sociale soit examinée à la loupe et face l’objet d’une réflexion précise. Qu’englobe cette question sociale ? Quels sont les avatars du passé qui hantent la psyché Martiniquaise ? Quels sont les schémas conscients ou inconscients contemporains qui engendrent la détresse ? Quelles écoles pour demain et quels rôles peuvent jouer ces espaces pour prévenir ? Quelle économie, comment avec qui ?…..
    Notre potentiel est vaste, puissions nous le voir, le saisir et s’en saisir maintenant, car demain sera trop tard en effet…
    Merci pour ces contributions et la dynamique créatrice enfin mise en lumière.

    • JOSEPH Nicole said,

      Oui, les problématiques ici sont clairement pesées. Il me semble qu’il est essentiel que les Martiniquais reconnaissent dans leur ensemble les conditionnements qui les enfoncent dans une systématique de déclassement. Nous devrions commencer par nous interroger sur ce que nous achetons, la manière dont consommons en général. Privilégions-nous les produits locaux ? réfléchissons-nous sur la provenance de ce que nous mangeons ? Sommes-nous prêts à reconnaitre Qui nous sommes et non plus seulement ressasser notre passé mais nous en servir comme d’une force – qui est devenue notre – ? Quels rapports entretenons nous avec la nature qui nous environne et nous offre tant de richesses ? nous devons considérer tout cela et nous placer en relation avec ce qui se passe dans notre environnement. Nous sommes acteurs et producteurs. Jusqu’ici, je veux dire jusqu’au mouvement du Collectif, nous acceptions passivement les choses. Le Collectif est le premier chapitre de notre nouvelle histoire si nous le voulons bien.

      Nous ne pourrons et ne devons compter que sur notre propre inventivité, force pour nous saisir des questions qui sont soulevées ici. Et c’est normal. Nous ne pourrons parler d’indépendance ou d’autonomie que lorsque chacun d’entre nous aura fait ce travail à l’intérieur de lui-même. C’est une étape à la fois interieure et extérieure à nous. Cette dynamique créatrice ne demande qu’à s’exprimer, mais il faut cesser d’attendre que l’autre le fera pour nous. Nous pouvons déjà commencer à produire une autonomie ne serait-ce qu’au niveau de la nourriture, par exemple en incitant le plus de gens possible à avoir un jadin bo kay.

      Tournons plus nos regards vers les cultures hispanophones et anglophones, beaucoup de communautés y vivent et ont mis en place des dispositifs inventifs pour créer. Internet est une mine en cela.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :